Témoignage d’étudiant : Vivien Joly

vivien jolyQui es-tu Vivien ?

Je m’appelle Vivien JOLY et j’ai 32 ans. Autodidacte dans le secteur des nouvelles technologies, je travaille depuis de nombreuses années comme support informatique en entreprise. Mais je suis aussi passionné par les relations humaines. J’ai suivi de nombreux stages en développement personnel depuis plus de 10 ans et me suis formé depuis 2014 à l’accompagnement individuel en relation d’aide (coaching de vie) afin de répondre à un appel intérieur et à une aspiration d’aider les autres le plus efficacement et justement possible.

Au fil du temps, une autre invitation est apparue, celle d’apaiser et de prendre soin du corps. J’ai donc entamé des formations à l’école européenne de massage dès 2013.

Quelle technique de massage pratiques-tu ? 

Je suis principalement formé et attiré par le massage du ventre Chi Nei Tsang. Cela me permet de travailler directement au « cœur » de la personne, le ventre étant un centre majeur au point de vue énergétique et il regroupe les principaux organes.

J’ai également suivi des formations en massage pour femme enceinte, massage deeptissue et massage thaï du pied.

Peux-tu me dire pourquoi tu as voulu étudier un massage ?

Cela s’est fait un peu par hasard, mais puisque je ne crois pas au hasard, l’apprentissage de cette technique (le massage du ventre) a suscité en moi un intérêt particulier. Les sensations que je peux ressentir au bout de mes doigts quand je masse et les résultats obtenus m’ont encouragé à aller plus loin et suivre d’autres formations. J’ai confiance dans cette technique, le receveur peut y gagner tant sur le plan physique que psychologique, par des mécanismes que la médecine occidentale étudie depuis peu.

Comment as-tu choisi ta formation ?

J’ai beaucoup de curiosité, et le CV des enseignants qui m’ont formé ainsi que leurs compétences perçues pendant les formations m’ont conforté dans mes choix et mon envie de poursuivre (je suis de nouvelles formations chaque année).

Qu’est-ce que la formation dans une école de massage t’a apportée ?

Tout ce qui me manquait pour démarrer sérieusement mon activité. Un cadre sécurisant, l’assurance d’un apprentissage de qualité, de la technique et des connaissances indispensables sur l’anatomie humaine. J’ai beaucoup de plaisir à suivre ces formations, d’autant plus que le cadre et la convivialité entre les élèves et l’enseignant rendent le tout vraiment très plaisant et confortable.

Je ne suis pas un adepte de l’enseignement traditionnel ou d’études longues et ce que je trouve à l’EEM me convient parfaitement.

Comment as-tu amorcé ton parcours professionnel dans le massage ? Quelles ont été les difficultés ? Quelles sont tes grandes satisfactions ?

Mon parcours professionnel dans ce secteur est encore bien jeune. Étant déjà formé pour recevoir des personnes en entretien d’aide, ce fut plus évident pour moi d’accueillir une nouvelle clientèle orientée massages que de partir de zéro. Cela s’est fait progressivement, d’abord dans l’entourage proche puis plus largement avec le lancement de mon site web et de ma page Facebook.

Ce qui a été et reste un challenge, c’est de me faire connaître et d’entretenir des relations sur le long terme avec les personnes qui sont venu chez moi. L’accueil, l’écoute et la gestion de la personne avant, pendant et après le massage se sont faits naturellement de par mon empathie naturelle et mon expérience d’aidant.

Ce qui est et sera toujours un plaisir, ce qui me pousse à poursuivre cette activité, c’est l’échange que je peux avoir avec la personne massée, ainsi que le mieux-être apporté. Que cela passe par les mots, l’écoute ou le toucher, c’est chaque fois une nouvelle aventure et une nouvelle rencontre particulièrement enrichissante.

Quel est ton public en général ?

Jusqu’à présent ce sont principalement des femmes, mais globalement des personnes âgées de 25 à 55 ans. Des profils variés, que ce soit des personnes curieuses, soucieuses de leur bien-être ou encouragées à venir par un proche, il n’y a pas aujourd’hui de constance précise dans ma clientèle.

Comment vis-tu la relation avec les personnes qui viennent se faire masser ?

Très simplement et naturellement, dans l’authenticité et l’ouverture, le non-jugement et la bienveillance. C’est presque inné chez moi, et les personnes le ressentent probablement très rapidement. Je ne m’impose pas ni ne me sens me faire déborder par la personnalité que j’ai en face de moi. Le cadre est très clair, net et posé dès le départ.

Penses-tu qu’il est utile d’être formé à l’éthique et à la déontologie pour réagir face au client ?

Oui certainement, c’est même indispensable selon mon opinion. Apprendre à recevoir, réagir et gérer une personne dans un rapport au corps parfois délicat n’est pas quelque chose qui coule de source. Nous ne l’avons pas appris ou en avons forcément fait l’expérience d’une manière ou d’une autre, c’est pourquoi dialoguer sur le sujet avec des professionnels est une étape utile et nécessaire au démarrage, et même plus tard pour préciser et adapter notre manière de faire et d’être.

Est-ce que le rythme de travail, les horaires sont ce que tu avais imaginé ?

Il m’est difficile de répondre à cette question tant mon activité en est à ses débuts.

Je reçois actuellement 3 jours par semaine et le rythme que j’ai instauré est adapté à mes capacités et besoins du moment. Je ne ressens pas d’inconfort actuellement, car j’ai su adapter mes horaires en tenant compte de mon expérience et de mes besoins.

Que dirais-tu à propos de l’aspect financier de ton activité ?

Mon travail de masseur est là en complément d’un autre emploi principal pour le moment. Je prends des risques limités pour débuter. Ceci étant dit, je ne pense pas à vivre uniquement de cela sur le long terme. C’est un métier exigeant qui me satisfait en tant qu’activité complémentaire et qui me permet aujourd’hui de poursuivre d’autres formations grâce à mes rentrées d’argent.

Ta pratique du massage t’apporte-t-elle quelque chose que tu n’avais pas anticipé ? 

Oui, énormément de calme et d’apaisement intérieur. Je suis de nature calme à l’extérieur et plus nerveux à l’intérieur. J’ai trouvé dans les massages un espace où canaliser mes tensions et mes pensées pour me concentrer uniquement sur la personne que j’ai face à moi. Je me sens plus en paix globalement, je me ressource (je donne, mais je reçois également) et développe la qualité de mon toucher et de mon écoute intérieure.

Comment vois-tu ton futur dans cette activité professionnel ?

J’ai le goût de continuer à développer mes compétences et mes connaissances en massothérapie, pour quel futur ? Je ne le sais pas précisément aujourd’hui, mais je suis interpellé par l’accompagnement des personnes âgées et en fin de vie, que ce soit par la parole ou le toucher. J’ai récemment suivi une formation sur le touché relationnel dans l’accompagnement en dehors de l’EEM et cela ouvre de nouvelles perspectives, très réjouissantes.

Excellent ça ! On est ravi pour toi ! Dis-moi, quel serait ton conseil pour une personne qui voudrait commencer à étudier un massage ?

Soyez curieux, à l’écoute de l’enseignant et des autres étudiants, mais aussi de vos intuitions. L’apprentissage d’une technique, quelle qu’elle soit est une porte d’entrée vers le développement de nos propres compétences, cela ne doit pas nous formater ou nous enfermer dans un schéma fini.

Risquez-vous, essayez, osez, jouez ! Apprendre en s’amusant, en confiance et en douceur, c’est possible et c’est la meilleure façon de faire que je connaisse. Et pour cela à l’EEM, vous êtes entre de bonnes mains J

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

En continuant votre navigation sur notre site, vous vous engagez à accepter l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer